[Médias][International][Thérapeutique][Liens]

[Drogues et société][Drogues et économie][Débats en ligne][Réduction des risques][Géopolitique][Appels]


Points de vue et analyses

 

Les auteurs des textes disponibles ici sont, pour la plupart, des spécialistes en matière de drogues, en tant que thérapeutes, psychologues, sociologues, géographes, économistes ou journalistes spécialisés. Leurs analyses ont pour mérite d'aborder le sujet en profondeur et de manière dépassionnée. En raison de leur valeur "intemporelle", les articles ne sont pas proposés selon un ordre véritablement chronologique.

 

 

 

Drogues et société


 

Le combat contre la guerre à la drogue

Barry Cooper, ancien policier texan, édite un DVD pour expliquer aux gens comment éviter de se faire arrêter en possession de cannabis ; Jack Cole, ancien policier du New Jersey, a pris suffisamment de recul sur sa profession au point de devenir un fervent militant antiprohibitionniste. Acadie Nouvelles, 13/01/2007.

La guerre menée par Ottawa contre la drogue a été un échec

La stratégie du Canada en matière de lutte contre les stupéfiants mettait trop l'emphase sur l'application de la loi au lieu de le faire sur les façons de réduire le nombre de victimes de la drogue, est-il écrit dans ce rapport rédigé par le Réseau juridique canadien VIH/sida. Presse Canadienne, 15/01/2007.

Groupes criminalisés : drogue, violence et corruption

«Est-ce que l'attitude répressive que notre société a choisi d'adopter à l'égard du problème de la consommation de drogue, au lieu de permettre un contrôle social efficace de ce problème, ne conduit pas plutôt à l'émergence d'autres problèmes, comme la violence criminelle et la corruption ? », demande Vincent Fournier, Chercheur associé, chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie, Université du Québec à Montréal. Le Devoir, 4/01/2007.

Cannabis : l'arme des interdits 

« Le format est le même, le contenu toujours scientifique mais le message véhiculé radicalement différent. Avec sa couverture noire sur fond jaune aux allures de polar, son appel à "faire face" aux drogues et son insistance sur le caractère illicite de certaines substances, le livret d'information grand public, lancé en juin par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt), dramatise à l'envi la question de l'usage de produits psychoactifs ». Cécile Prieur, Le Monde du 28/07/2006.

L'impasse de la répression 

La prohibition et la répression vont d'échec en échec, mais comment légaliser ? Quels enrichissements mutuels le Québec et la France peuvent s'apporter ? Tel était le thème des Entretiens Jacques Cartier, relaté dans un article du Devoir (Québec), 18/12/2002.

Répression ou prohibition ? 

Sous ce titre incohérent (Le Figaro n'a rien compris, et ce n'est pas surprenant de sa part), une excellente analyse de Béatrice Majnoni d'Intignano : « Nicolas Sarkozy envisage de durcir la répression contre les drogues, surtout de l'étendre du vendeur au consommateur. Le débat français sur cette question se déroule toujours sur les plans moral, juridique et répressif. Interdiction d'en évoquer les dimensions économique et mondiale. Or, là réside en grande partie la source du mal. Les produits à risque (tabac, alcool, drogues) sont tous commercialisés par des entreprises ou des mafias organisées, puissantes et internationales ». Le Figaro, 30/04/2003.

Il faut légaliser les drogues ! 

« L'Amérique engloutit des milliards dans la lutte à la drogue et il faut maintenant s'avouer que la bataille ne se gagnera pas avec les méthodes que notre société emploie, même si la répression sécurise la population ». Un point de vue de J. Pilon, La Presse du 19/01/1994.

Drogue : un débat interdit 

Une réflexion intéressante sur la liberté individuelle face à l'Etat et la loi. Par Marc Grunert, Le Québécois Libre, 16/03/2002.

Petits discours de légalisation 

Passage en revue des arguments avancés et de ceux qui les avancent à propos de la légalisation, ou de la dépénalisation, du cannabis. Didier D., Maintenant, 21/06/1995.

Drogues : au nom de quoi les interdit-on ? 

Un petit tour d'horizon commenté des différentes raisons avancées généralement pour interdire les drogues, par Bernard Graz, de la Fondation Charlotte Olivier, 11/2002.

Flics, trafic, leur couper l'herbe sous le pied 

Un état des lieux, une critique de la loi de 1970 et des propositions pour en sortir, par Jean Zin.

En finir avec la guerre à la drogue 

« J'ai récemment entendu une théorie étonnante. Elle prévoit que la légalisation des drogues entraînerait une augmentation de la délinquance ». L'auteur, Christian Michel, montre que c'est bien plutôt la prohibition qui est cause de violence et de délinquance, et argumente en faveur de la légalisation. Le Québécois Libre, 27/04/2002.

Cannabis, les paradoxes de la prohibition 

Responsable du service alcool-toxiques au CHU de Brest, le Dr Pierre Bodénez est favorable à la légalisation du cannabis. « Pas pour que la population fasse n'importe quoi, mais au contraire pour que des règles puissent être édictées ». Le Télégramme de Brest, 23/09/2002.

Tolérer ou punir, il faut choisir 

Se procurer du crack ou de l'héroïne pourrait-il devenir demain aussi facile qu'acquérir un cachet d'aspirine ? Entre répression, tolérance et suivi thérapeutique, le coeur du législateur balance. Par Mathilde Gérard (Paris), Babel International, 3/07/2006.

Maastricht et les week-end coffee-shops 

L'annonce aux Pays-Bas de mesures visant à libéraliser la consommation de cannabis a remporté un vif succès auprès de la population néerlandaise. Mais le projet mécontente fortement les principales communes frontalières. Par Thijs Lammers (Amsterdam), Babel International, 3/07/2006.

Légaliser ou pas 

La lutte contre la drogue est en train de criminaliser inutilement un secteur considérable de la population européenne, tout en fournissant une source importante de revenus aux criminels. Pendant ce temps, la consommation ne cesse d'augmenter. Une analyse de Joep Oomen, fondateur d'ENCOD (Pour une politique des drogues plus juste et plus efficace). Babel International, 3/07/2006.

Drogues : état d'urgence 

par Bernard Kouchner. Ce point de vue, encore d'actualité, est paru dans Le Monde du 4/10/1993.

La guerre antidrogue ne peut pas être gagnée

Encore un ! James P. Gray, juge à la Cour suprême du Comté d'Orange (Californie) depuis 1983, reconnaît que « la politique américaine gouvernementale de prohibition des drogues n'a pas seulement échoué, mais que cet objectif est sans espoir. ». National Post, 12/10/2005.

Des vétérans contre la guerre antidrogue

Ils ont participé à cette guerre antidrogue qu'ils dénoncent désormais au sein de l'organisation LEAP (Law Enforcement Against Prohibition), au travers de conférences de sensibilisation dans tous les Etats-Unis. Forth Worth Weekly, 28/09/2005.

La prohibition ne règle rien

En France, de 4 à 5 millions de personnes sont dépendantes de l'alcool et 50000 en meurent chaque année. Pourquoi montrer du doigt une drogue plutôt qu'une autre ? Pourquoi ce retour au « tout-répressif » ? Le point de vue de Philippe Batel, médecin addictologue à l'hôpital Beaujon, à Paris. Le Nouvel Obs du 17/07/2002.

Marie-Andrée Bertrand, antiprohibitionniste

Portrait d'une criminologue canadienne favorable à une autre politique des drogues. Université de Montréal, 3/11/1997.

Drogue : fléau réel ou imaginaire ?

Une réflexion sur les drogues dans une émission de TéléQuébec du 14/10/2001. 

L'échec de la guerre à la drogue

Un article moins récent qui dresse le bilan de la politique antidrogue de l'ONU, à mi-parcours. L'Humanité du 23/04/2003.

Un flic pour la drogue

Sous ce titre (très inapproprié), un entretien avec Raymond Kendall, ancien secrétaire général d'Interpol. Bien placé pour constater l'échec de la prohibition, il milite depuis une dizaine d'années pour une décriminalisation des drogues. L'Actualité (Canada), 7/07/2005.

Milton Friedman et plus de 500 économistes pour la légalisation du cannabis

A partir d'une nouvelle étude du Pr Miron, 500 économistes en appellent à un débat sur la régulation du commerce du cannabis dans une lettre ouverte au Président Bush : "nous sommes pour un débat ouvert et honnête sur la prohibition du cannabis".

Hommage à Gérard Jubert, fondateur de la revue "L'Eléphant Rose"

L'usage de cannabis engendre-t-il des psychoses ? Une étude de tendances sur l'usage de cannabis et la psychose en Angleterre, 1995-2003

Le cannabis ne serait pas source de psychoses. Les vrais risques sanitaires proviennent des produits chimiques toxiques contenus dans les savonnettes de haschich. Par le Dr. R.D. Newcombe, Ecole de Psychologie, Université John Moores de Liverpool, Angleterre. Adiktologie, 4(4), 492-507 (2004).

A-t-on le droit de se droguer ?

Michel Tubiana, de la Ligue des droits de l'Homme, pointe la contradiction existant entre prohibition et liberté individuelle. Dossier "Drogues et droits de l'Homme", mai-juin 1996.

"Guerre contre la drogue", une arme de l'Etat et un instrument de contrôle social

Un aperçu des implications de la CIA dans le trafic de drogue. La lutte antidrogue au service de l'impérialisme américain. Par Michael Parenti.

Drogues : le Ministre de l'Intérieur veut freiner l'escalade

Un objectif persistant, à voir la date de cet article...

Stupéfiants, médicaments : la solution libérale

Un point de vue libéral qui rejoint en partie celui des antiprohibitionnistes : la prohibition ne dissuade pas l'usage et criminalise l'usager, dont les droits ne sont pas respectés.

La "guerre antidrogue" est-elle pire que les drogues ?

Dans un numéro spécial d'ABC News, "La guerre antidrogue, une guerre contre nous-mêmes", le journaliste John Stossel se demande si l'un des plus gros problèmes dans le monde provient non pas des drogues elles-mêmes, mais de la prohibition des drogues (ABC News, 30/07/2002).

Le paradoxe de Marks

Distribuer des drogues aux drogués... John Marks est un médecin anglais qui a osé distribuer de l'héroïne aux junkies. Il a mis en évidence le paradoxe suivant : la prohibition est associée à une consommation croissante de drogues, tandis qu'un certain assouplissement de la répression entraîne une réduction de cette même consommation. Article très instructif sur la prohibition, son histoire, ses effets pervers.

Un grand oeil désintoxiqué

Philippe Garnier s'interroge sur l'injonction de sobriété et de "désintoxication généralisée" qu'un discours sanitaire, voire hygiéniste, impose à la société. « Le discours sanitaire et le nouvel esprit de prohibition de l'alcool et du tabac dessinent un monde où chacun devra rester sobre et en parfaite santé pour mieux servir un fonctionnement économique absurde.»

Drogues : jusqu'où voulons-nous libéraliser ?

Réflexion d'Andrea Saurer, Vert genevois, sur les avantages et les limites d'une décriminalisation des drogues. Article ancien (1991) mais toujours pertinent.

Malgré 25 ans de lutte anti-drogue, la cocaïne coûte moins cher dans la rue

"Malgré" ? Plutôt "à cause de" ! Dépêche AFP du 2/12/2004.

La guerre antidrogue perd ses bons petits soldats

Sans surprise, la politique antidrogue est également contestée par ses propres acteurs : policiers, juges, procureurs... Libération du 25/11/2004.

On lira aussi avec intérêt les entretiens avec John A. Gayder, officier de police à Niagara Falls (Ontario, Canada) ; Jim P. Gray, juge dans le comté d'Orange (Californie) ; Richard Watkins, Vétéran du Vietnam, travaillant dans une prison d'Etat à Huntsville (Texas) ; Tony White, ancien haut gradé de Scotland Yard.

Ces propos critiques s'ajoutent à de nombreux autres.

L'Europe s'interroge sur sa stratégie, Libération du 25/11/2004.

Drogues : guerre perdue, nouveaux combats

Raymond Kendall, ex-secrétaire général d'Interpol, porte depuis près de dix ans un regard critique sur son ancienne activité. « la doctrine de la "guerre à la drogue", inspirée par les Etats-Unis, était en grande partie erronée parce qu'elle relève en fait d'une approche irrationnelle de la question ». Le Monde du 26/10/2004.

Les drogues seront légalisées en 2020, selon un rapport

« Aux alentours de 2020, il est possible que la prohibition des drogues aura été remplacée par un système de marché régulé. Si l'échéance fixée par Transform est exacte, d'ici 2020 le marché criminel aura été contraint de renoncer à son contrôle du commerce des drogues et la régulation et le contrôle par le gouvernement feront à nouveau partie de la normalité. Les consommateurs n'auront plus à compter sur des dealers incontrôlés. Ils achèteront leurs drogues dans des pharmacies spécialisées ou chez des revendeurs agréés.(...) » Transform, 12/10/2004.

Comment prévenir les troubles psychologiques d'origine cannabique... chez les hommes politiques

Le cannabis peut provoquer de l'anxiété, de l'agitation et de l'angoisse parmi les politiques. Les conséquences de ce syndrome de stress psychologique d'origine cannabique (cannabis-induced psychological distress syndrome ou CIPDS) incluent notamment une réaction excessive à la législation et à la politique, et un manque de distinction entre l'usage et l'abus de cannabis. Par Franjo Grotenhermen, in The Lancet, vol. 363, n°9421, 15/05/2004.

Un stupéfiant fétichisme - Arguments éthiques en faveur de la liberté thérapeutique

Une remarquable analyse philosophique de la question des drogues et de leur prohibition. La dimension religieuse de la pensée prohibitionniste se caractérise par une foi absolue dans une loi dogmatique "fétichisée" ; et par une volonté d'abstinence, assimilée au salut, imposée au toxicomane acculé à la déchéance afin que "la rémission par le mal fasse advenir le bien". Par Mark Hunyadi, Docteur en philosophie, maître-assistant à l'Université de Genève, chercheur au CNRS (Paris), sur le site de Drop-In, centre suisse spécialisé dans les addictions.

Pourquoi les flics antidrogue ne peuvent pas gagner

Joel Miller, auteur de "Bad trip : comment la guerre contre les drogues détruit l'Amérique", montre l'inefficacité de la lutte antidrogue, soulignant que « les efforts d'interdiction échouent pour une raison basique : les contrebandiers sont des entrepreneurs ; les agents aux frontières sont des bureaucrates. C'est un de ces faits têtus d'économie, mais les entrepreneurs battent toujours les bureaucrates parce qu'ils ont la motivation et l'avantage de la compétition ». WorldNetDaily, 18/06/2004.

« Comment j'ai perdu ma guerre anti drogue »

Témoignage de l'ex député "tsar" anti-drogue de Tony Blair, employé ensuite à l'Office sur les drogues et le crime des Nations Unies (UNODC). The Independent, 30/03/2004.

Légaliser ?

Selon Sanho Tree, directeur du Projet pour une politique des drogues à l'Institut d'Etudes Politiques de Washington DC, la guerre contre les drogues menée par les Etats-Unis n'est pas seulement un échec, elle perpétue effectivement le trafic de drogues. Colorado Daily, 7/04/2004

« Le chanvre, on le boit on le mange, on en fait des maisons »

Michka, journaliste et écrivain, spécialiste du «cannabis sativa», explique pourquoi le libre accès aux plantes est une revendication fondamentale de notre époque. Libération du 8-9/11/2003.

De l'infantilisation des individus

La loi Sarkozy sur les stupéfiants n'est pas une avancée vers plus de tolérance mais un pas de plus vers la surveillance et la mainmise du pouvoir biopolitique sur le corps. Par Philippe Boisnard, écrivain. Libération du 23/09/2003.

« La prohibition est un échec sanitaire »

Interview de Catherine Vannier, vice-présidente du Syndicat de la Magistrature. Libération du 6/06/1998.

Cannabis : quoi croire ?

Suite au rapport de la commission sénatoriale canadienne sur les drogues illicites, un article du journal Le Droit (CAN), 31/05/2003.

Le non-sens de la pénalisation

Annoncée par le ministre de l'Intérieur, la guerre à la drogue, et donc aux drogués, va ruiner toutes les initiatives de prévention de Médecins du monde. Par Béatrice Stambul et Jean-Pierre Lhomme, Libération du 21/05/2003.

Le rapport de la commission sénatoriale française sur les drogues illicites

"La France se drogue !", tel est le cri d'alarme des sénateurs, qui suggèrent de systématiser les poursuites judiciaires contre les consommateurs pour lutter contre le "fléau". Un rapport très empreint d'idéologie et débarrassé des faits dérangeants. Articles du Monde et de Libération. Lire ici une comparaison sommaire avec le rapport du Sénat canadien dont on trouvera ici l'introduction.

Le temps est venu d'un cessez-le-feu dans la guerre contre les drogues

Emma Bonino, membre du Parti Radical transnational et députée européenne, souligne l'importance d'un infléchissement de la désastreuse politique prohibitionniste poursuivie par l'ONU. Paru dans le Taipei Times (Taïwan) du 16/04/03 et le Daily Times (Pakistan) du 20/04/2003.

Une stratégie qui a échoué : la guerre antidrogue

Un nouveau pavé dans la mare prohibitionniste : Gustavo de Greiff, ancien procureur général de Colombie qui a arrêté Pablo Escobar, ancien ambassadeur à Mexico et professeur de renommée internationale au Collège de Mexico, se base sur les propres données du gouvernement américain pour démontrer l'échec de la stratégie répressive. Paru dans le Narco News bulletin du 1er mai 2002. (en anglais).

La guerre antidrogue s'est révélée plus nocive pour l'Amérique que les drogues elles-mêmes

C'est le constat du juge John L. Kane, à Denver (Colorado). «Cette politique persiste malgré tous les témoignages, y compris du gouvernement lui-même, démontrant qu'elle est stupide et inefficace ». « Inconséquentes », « abusives », « ignorantes », « nos lois sur les drogues sont plus raillées que craintes. Voilà les messages que nous donnons à nos enfants.» (en anglais).

Dans notre guerre antidrogue, le vrai méchant, c'est la prohibition

De la prohibition et de ses effets pervers, par Buford C.Terrell, professeur de législation au South Texas College of Law.

Faut-il interdire les drogues ?

Le constat d'échec de la prohibition et de ses effets pervers pousse l'auteur à envisager la légalisation contrôlée des drogues. Conférence donnée à Toulouse en 1996 par Christian Michel.

Légalisons l'héroïne, elle deviendra inoffensive

Plaidoyer anti-prohibition par le journaliste britannique Nick Davies, qui montre que les ravages causés par la drogue sont en réalité imputables à sa prohibition. La logique du marché noir est seule en cause, pas l'héroïne elle-même, qui ne serait qu'un médicament bénin. The Guardian du 14/06/2001 et Courrier International du 5-1/07/2001.

Pour la dépénalisation du cannabis

Par François-Xavier Colle (psychologue), Anne Coppel (sociologue) et Serge Hefez (psychiatre et psychanalyste). Loin de protéger les jeunes, la loi de 1970 qui criminalise l'usage de drogue, cannabis compris, les prive au contraire de dialogue avec la société et la famille. Libération du 23/01/2001.

Toxicomanie, droit et citoyenneté

Par les Docteurs Lebeau, Valleur, Lhomme, Morel, Sueur. Le maintien de la loi de 1970 dénie aux usagers de drogues leur statut de citoyens. Libération du 8/7/1995.

Les risques de la prohibition

La guerre totale contre la drogue décrétée par G. Bush réédite l'expérience malheureuse de la Prohibition au lieu d'envisager une politique alternative. Editorial du Monde, 7/09/1989.

Lever la prohibition du cannabis

Par Jean-Paul Géné, ex-journaliste à Libération, médecin à Marmottan. Plaidoyer antiprohibitionniste clair et argumenté. Libération du 27/09/1993.

Les paradoxes de la prohibition

Par Bertrand Lemmenicier, économiste. Face au non-sens de la prohibition sur le plan économique et social, quelles options sont envisageables ? Le Monde daté du 6/01/1994.

Contre les théologies anti-drogue

Par Alain Erhenberg, sociologue. « La France a-t-elle une politique de la drogue? Si faire de la politique consiste à choisir entre des priorités, se donner des objectifs et mettre en oeuvre des stratégies pour les atteindre, la réponse est négative. En revanche, la France possède une théologie: sur ces questions règne en effet une atmosphère de sacralité. » Libération du 15/02/1996.

Drogues : qu'interdit-on ? Qui soigne-t-on ? Que punit-on ?

Par Alain Erhenberg, sociologue. « Punir et guérir sont jusqu'à présent les deux axes de la politique française des drogues : elle allie la bienveillance du thérapeute à la sévérité du juge, car ni ses objectifs ni ses priorités ni ses stratégies n'ont fait l'objet d'une quelconque clarification de la part de l'acteur politique. » Le Monde daté du 30/09/1997.

La drôle d'alchimie des interdits de la drogue

Par Ali Magoudi. De la notion d'interdit dans la société. Libération du 1/07/1994.

Drogues, contraindre ou inciter ?

Par Pierre-Yves Geoffard, économiste. « La politique française est actuellement totalement incohérente : interdiction du marché de certaines drogues (cannabis, cocaïne, amphétamines, opiacés) ; taxation du prix pour d'autres (alcool, tabac) ; subvention généreuse du prix, enfin, pour les médicaments psychotropes. Où est la logique de santé publique ? Le Monde daté du 16/12/1997.

Arrêtez d'arrêter les usagers de cannabis

Par Anne Coppel, présidente de l'Association française de réduction des risques liés à l'usage de drogues (AFR). Il y a d'autres priorités que d'interpeller les consommateurs de cannabis, pour soigner les statistiques. Libération du 29/06/1999.

Drogue : la France à la traîne

Par Martin Buisson, Didier Jayle, médecins, et France Lert, chercheuse au CNRS. De la faible implication des pouvoirs publics en matière de prise en charge médicale des toxicomanes. Libération du 25/11/1999.

La répression du trafic est-elle efficace ?

Poser la question, c'est déjà y répondre... Initiative Droleg en Suisse, Le Temps du 17/11/1998.

"La dépénalisation du cannabis me semble dépassée"

Propos de Nicole Maestracchi, de la MILDT. La position officielle de la France sur la politique en matière de drogues. Libération du 11/10/2000.

Toxicos ni délinquants ni malades

Par Aude Lalande et Stéphane Sanchez. Une politique effective de réduction des risques doit passer par l'abrogation de la loi de 1970, qui favorise la répression et la criminalisation des usagers. Libération du 14/08/2000.

Vive la culture de tolérance !

Par Bertrand Lebeau, de médecin du Monde. De la nécessité d'une politique intelligente de réduction des risques. Libération du 12/03/1998.

Pas de magie pour la toxicomanie

Par Michel Hautefeuille (médecin-chef au centre Imagine), Natali Silvestri (accueillante à l'hôpital Marmottan), Christine Lantran-Davoux est psychiatre.), Libération du 10/12/1997.

Du bon usage des ivresses cannabiques

Par Emmanuelle Retaillaud-Bajac. S'il est urgent d'ouvrir un débat sur les stupéfiants, on peut se demander s'il n'y a pas quelque supercherie à confier cette mission à une minorité privilégiée. Libération du 19/03/1998.

Plaidoyer pour une gestion à la néerlandaise

Par Els Borst, Ministre de la Santé, de la Culture et des Sports. Extraits d'un discours prononcé le 21 mars 1996 dans le cadre des débats parlementaires sur l'orientation du gouvernement néerlandais en matière de drogues. Courrier International du 28/03/1996. Lire aussi le rapport en entier.

Le dopé et le sacré

Par Christian Prigent, écrivain. À partir de la question du dopage, une réflexion sur le corps qui tente de s'affranchir de sa condition humaine. Libération du 4/08/1998.

Réflexions sur la prohibition

Par Bertrand Lebeau, de Médecins du Monde. Extrait du Dictionnaire des drogues.

Les évêques rejettent la « fausse alternative » entre répression et libéralisation des drogues, Le Monde du 15/10/1997.

L'Europe épingle la politique anti-drogue en France, Libération du 13/03/1997.

 

Entre prohibition et paradis mafieux, le débat sur Droleg bat son plein, Le Temps (Suisse), 16/11/1998.

Droleg veut dépénaliser la drogue pour casser le marché noir, la Tribune de Genève, 9/11/1998.

Enquête sur le cannabis en France, par Rodolphe Ingold, psychiatre. Le Monde du 18/11/1998.

À propos de l'ecstasy, par Serge Bonnefis, éducateur spécialisé. La loi de 1970 est inadaptée, mais banaliser la prise d'ecstasy est irresponsable, voire criminel. Libération du 24/04/1998.

Articles sur le rapport Roques (Le Monde du 17/06/1998) (Voir aussi ici)

 

 

Drogues et économie


Un rapport révèle que la guerre antidrogue est coûteuse et contre-productive

Ce rapport, d'une grande qualité, réalisé par l'Unité stratégique du premier ministre britannique, démontre que la prohibition a échoué dans ses objectifs de réduire l'offre de drogues. Pire, elle a aggravé les problèmes qu'elle prétendait résoudre. 3/07/2005.

Légaliser le cannabis serait économique

L'économiste Jeff Miron, professeur à l'Université de Boston, évalue le coût de la prohibition et l'économie qu'engendrerait la légalisation du cannabis pour l'Etat de Washington. Bellingham Herald, 17/04/2005.

Le coût de la prohibition

L'économiste Pierre-Yves Geoffard, chercheur au CNRS (Delta), s'interroge sur l'efficacité de la prohibition en regard de ses objectifs et des coûts qu'elle implique. Libération du 27/12/2004. Du même auteur : Drogues, contraindre ou inciter ?

Drogues : tout est dans le prix

The Economist constate que les drogues illicites sont de moins en moins chères, « ce qui confirme que les ressources croissantes utilisées pour dérégler le commerce illicite des drogues ont très peu d'effets (les saisies représentent moins de 10% des drogues introduites) ». Surtout, la guerre antidrogue est coûteuse et dommageable à tous points de vue. The Economist, 6/06/2002.

Inutile et chère, la guerre à la drogue

Le Comité spécial du Sénat sur les drogues illicites (Canada) évalue à 500 millions de dollars le coût de la guerre anti-drogue, sans être efficace. Un article du Devoir (Canada) du 2/05/2002.

Et sur le site du Comité spécial, le rapport dans son intégralité, en français

Lutte anti-drogue : le panier percé

Par Pierre Kopp, économiste, professeur à l'université de Reims. L'absence de politique cohérente entraîne un gaspillage des fonds publics pour une lutte inefficace. Libération du 5/03/1998.

Drogues : soigner, c'est économique

Par Pierre Kopp, économiste, professeur à l'université de Reims. La politique du tout-répression est un gaspillage des ressources publiques. Libération du 4/12/1997.

P. Kopp est aussi l'auteur d'un rapport :

- sur le coût social des drogues licites (alcool, tabac) : lire ici les articles du Monde.

- sur le coût de la lutte antidrogue en France : lire Le coût budgétaire de la lutte contre les drogues est passé au crible, Le Monde du 10/03/1997 ;

 

Débats en ligne


Sur le site du journal suisse Le Temps.

Sur le site du Figaro.

Sur le site de France 5 (émission "C dans l'air").

Dans un genre très différent : sur le site Drogue Danger Débat, le forum. Ce site est piloté en sous-main par l'Opus Déi. Ce n'est pas un crime en soi, mais cela mérite d'être souligné (lire l'article).

 

 

 

Toxicomanie et politique de réduction des risques : qui ? Pourquoi ? Comment ?


Les toxicomanes forcent la médecine à évoluer. La situation des usagers reste critique 

Les toxicomanes sont-ils traités comme des malades à part entière ? Le Docteur Rodolphe Ingold, directeur scientifique de l'Institut de recherches en épidémiologie de la pharmaco-dépendance (Irep), pose la question du stigmate social attaché à la notion de toxicomanie, soulignant que « notre société a bien du mal à composer avec ces déviants. Elle ne s'en sort, aujourd'hui encore, que par un furieux mélange de mépris, de compassion et de rejet ». La Croix, 26/10/1996.

Marginalisation douce

Par G. Vazeille, M. Hautefeuille et C. Lantran-Davoux, Libération du 15/06/1994. Lorsque la politique de substitution faisait débat entre intervenants en toxicomanie... Lire la réaction : Toxicomanie : la fin des libertaires, par Serge Hefez, psychiatre. Libération du 25/07/1994.

Le repère du toxicomane 

Un groupe de médecins lance un appel à la mobilisation des généralistes face au problème de la toxicomanie. Le Monde du 9/09/1992.

Toxicomanie : les médecins, docteurs ou fournisseurs ? 

Réaction à l'appel du 9/09/92 des médecins Alain Morel, Michel Hautefeuille, Philippe Binder et Jacques Afchain : « cet appel laisse à penser que les généralistes sont démobilisés face aux problèmes de toxicomanie. Il faut savoir que ceux-ci n'ont pas attendu cet article pour organiser des réflexions, des formations et des réseaux de prise en charge en cabinet depuis des années. Ecrire qu'un " non à la drogue " signifie automatiquement " ne pas prescrire " traduit soit un mépris de la profession, soit une méconnaissance du travail du médecin ». Le Monde du 23/09/1992.

Une réponse efficace face à l'usage de drogues (Argumentaire)

 

Drogues et dimension géopolitique


 

« Le trafic de drogue joue un rôle dans la majorité des conflits locaux », interview d'Alain Labrousse, Libération du 29/03/2003. 

Drogues, un trafic mondial

Compte-rendu de deux livres, "Drogues : un marché de dupes", et "Drogues : l'autre mondialisation", dans Le Monde du 8/06/2000.

Trafic de drogue... trafic d'Etats

Titre du livre de Fréderic Ploquin et Eric Merlen, Fayard, 2002, dont voici quelques extraits (merci à "Drogue Danger Débat").

Les origines et les enjeux de la prohibition des drogues

Un voyage dans l'histoire de la prohibition. Entretien avec Robert Delanne, aventurier, navigateur et ancien contrebandier, revue Combat, sept. 2002.

Des économistes adressent une gifle à la guerre anti-drogue, par la NORML.

Les stupéfiants par delà temps et espace, par Alain Hertoghe, La Croix du 31/12/1996.

La corruption à l'assaut des Etats : comment les mafias gangrènent l'économie mondiale, par Michel Chossudovsky, le Monde Diplomatique, décembre 1996.

Les égouts de la diplomatie américaine, par Alexandre Adler, Courrier International du 11-17/04/1996.

Drogue : une défaite annoncée, par Christian de Brie, le Monde Diplomatique, "Conflits fin de siècle", février 1996.

Le complexe international des drogues ( en anglais), par Hans T. van der Veen, Institut de l'Université Européenne, San Domenico, Italie. « Quand le bras visible du crime rompt le bras solide de la loi. Comprendre les dynamiques croisées du crime international, de la mise en application de la loi et de la florissante économie des drogues »

Exterminer les narcos, par Alexandre Adler, Courrier International du 16-22/02/1995.

 

 

 

 

 

 

 

Quelques prises de position citoyennes


En 1998, Act Up lançait une pétition pour soutenir son président, Philippe Mangeot, poursuivi pour avoir distribué un tract intitulé "J'aime l'ecstasy" lors d'une manifestation contre la fermeture de cinq boîtes de nuit parisiennes. Cette pétition réclamait l'abrogation de l'article L 630 du code de la santé publique qui, sous couvert de réprimer l'apologie des drogues illicites, censure le débat sur les produits stupéfiants, "c'est-à-dire sur leurs plaisirs et leurs dangers".

Passe-moi le joint

La France reste l'un des rares pays à pousser l'hypocrisie jusqu'à poursuivre en justice ceux qui présentent l'usage des drogues sous un jour favorable. Cela n'empêche pas la légalisation des drogues douces d'être en France un sujet d'actualité.

 

L'Appel de Bologne, pour une politique des drogues européenne, humaine, cohérente et efficace.

Six raisons pour lesquelles la prohibition doit finir (Initiative Legalize!)

L'appel du « 18 joint » original, dans Libération du 18/06/1976.

Le 20ème anniversaire de «l'appel du 18 joint » commémoré sur le mode virtuel, Le Monde du 18/06/1996.

L'appel du « 18 joint » repris par le Circ.

Pour la "légalisation encadrée" du cannabis, par Laurent Joffrin

L'appel des parents de Nantes

L'appel du Mouvement pour une Légalisation Contrôlée

Sites de soutien à Jérôme Expuesto et à Michaël Blanc

 

 

[Drogues et société][Drogues et économie][Débats en ligne][Réduction des risques][Géopolitique][Appels]


[
Médias][International][Thérapeutique][Liens]

© Raph 1998-2007